Kreator « Gods of Violence »

Après plus de 30 ans de carrière , Kreator n’en a toujours pas assez , et la machine trashante allemande tourne en ce début d’année 2017 à plein régime . La bande à Mille PETROZZA arrive avec une nouvelle cargaison de haine baptisée « Gods of Violence ». Cette nouvelle galette s’inscrit dans la même veine salvatrice de « Phantom Antichrist » qui nous avait tant surpris par sa diversité , sa richesse, son approche plus mélodique .Cette fois la qualité allemande est toujours présente :blasts ravageurs , chant enragé de Mille PETROZZA , riffs fédérateurs sont au menu de ce quatorzième album du groupe .Le groupe prend un malin plaisir à jouer avec nos nerfs en alternant instants progressifs et brutalité.Ainsi  » Lion With Eagle Wings » commence tout en douceur avant de nous coller contre le mur.« Side by Side » commence quand à lui sans concession pour se terminer par un quasi murmure…Tout en délicatesse Kreator..On retiendra « Gods of Violence » et son début acoustique , étape préparatoire à un hit taillé pour le live.

Le chant est plus maitrisé, les refrains fédérateurs sont presque présents sur chaque morceau . L’ensemble est épique , presque guerriers , les solis sont parfaitement maitrisés sur  « World War Now » notamment .

Pour cet album le groupe a puisé son inspiration dans les conflits religieux qui agitent notre planète, et malgré cela l’ensemble est relativement positif . Les puristes des premières heures ressentiront peu être quelques instants de déception à l’écoute de ce nouvel album car moins brutal que les premières compositions du groupe , qui s’estomperont à la fin de la première écoute de l’album . Le groupe a utilisé pour cet album ce qu’il sait faire de mieux , mais également sont histoire, ses influences Heavy Metal , et son passé .Pour ceux qui disposent de la version Bonus de l’album, ils auront droit outre l’album à la prestation Live du groupe à Wacken en 2014.

Beaucoup pensent que le trash a du mal à se renouveler ….He bien c’est faux , la preuve!

 

 

 

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Sepultura « Machine Messiah »

Machine MESSIAH n’est pas un album de plus de SEPULTURA .C’est surtout l’album de la maturité , l’album qui tourne définitivement la page Max Cavalera.Il est vrai que beaucoup pensent encore que le départ de Max CAVALERA en 1997, a fait mourir le groupe brésilien .Même si les performances scéniques ne sont plus les mêmes, même si la place de  Derrick GREEN n’était pas facile à tenir à son arrivée, force est de constater que le groupe a continué à nous distiller ses riffs trash ravageur et un roots metal des plus original. Après une transition quelque peu chaotique il faut le dire (Kairos en 2011, Under a pale grey sky en 2002, Dante XXI en 2011…), Sépultura nous a délivré en 2013 le très bon « The Mediator Between Head And Hands Must Be The Heart », qui a vraiment relancé le groupe .Et depuis, le groupe est plus que jamais présent derrière Andréas KISSER véritable maître de cérémonie de cette nouvelle livraison.De plus SEPULTURA sur cet album prend des risques : présence de sections à cordes sur Phantom Self et Sworn Oath notamment, mais également chant clair, changements de rythmes , lead exécutés au millimètre par Andreas KISSER . L’ensemble est puissant (I Am The Enemy, Alethea) , mais aussi plus sombre (Machine Messiah, Cyber God) . Quand à Paolo Junior, il fait le job à la basse depuis les années 80, et il le fait plutôt correctement . On retiendra la présence indispensable de Eloy Casagrande derrière les fûts , toujours en phase avec les parties rythmiques , et les guitares acérées.Le production est excellente, les contrepieds bienvenus et parfaitement maitrisés.

L’arrivée d’orchestrations et la présence de claviers grâce à Kevin Codfert (Producteur de Myrath), Elyes Bouchoucha (clavier au sein de Myrath) et leur Myrath Orchestra, permet au groupe d’explorer d’autres horizons , d’autres contrées  . Le groupe a pu intégrer une ambiance plutôt orientale  au sein de ses titres plutôt tribaux .Un album ou alternent riffs trash et aspects plus groovy pour notre plus grand plaisir.

Excellent cru  !

Le groupe est vraiment de retour .

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Metallica « Hardwired to Self Destruct »

L’attente a été longue , pas loin de 8 ans , pour que la sortie d’un nouvel album de Metallica soit effective…Nous avons attendu ….et cette attente a été fructueuse, car ce nouvel opus intitulé « Hardwired to self Destruct » est à la hauteur de cette attente….

Une production programmée pour s’autodétruire

La principale critique que vous pourrez faire de cet album est le niveau de sa production catastrophique . Le niveau de saturation est tel que guitares , et basse sont quasiment inaudibles…incroyable avec la qualité du jeu de Robert , et le niveau de Lars…Un studio à plusieurs millions de dollars , une mine d’experts pour ce niveau de production est incroyable…et une telle compression …!Batterie et chant trop déséquilibrés par rapport aux guitares et à la basse , comme si le son était un élément de négociation permanent….Après des années à retrouver un bassiste , le groupe devra s’attacher à trouver un vrai producteur capable comme Bob Rock de mettre en lumière des morceaux  au plan conceptuel excellents..

L’hommage

Le groupe n’a pas oublié en cette année 2016 marquée par la disparition de Lemmy Kilmister de rendre hommage à ce grand personnage du rock . « Murder one » et son clip du style bande dessinée rendent un hommage appuyé au grand homme et à son histoire, à Motörhead, à ses excès, à son look également …

Les années 80′ de retour

« Halo on Fire », « Moth into the Flames » sentent bon les 80 ‘ , et c’est très bien …La machine à riff tourne à plein régime , et « Hardwired to self Destruct » , le morceau éponyme de ce nouvel opus n’échappe pas à la règle .Nous retrouvons ici les excellentes dispositions de James Hetfield en la matière.Un retour aux racines du groupe est ici salutaire ..et ces morceaux auraient pu figurer sur « Ride The Lightning »..

Ont-ils travaillé ?

Le groupe vieillit..la principale question que nous pouvons nous poser est effectivement le niveau d’investissement des musiciens sur cette nouvelle livraison. Les principaux morceaux ont été composés par James et Lars, véritable machine à produire du son . Kirk Hammett s’est surtout contenté d’ajuster d’excellents solis. Quand à Robert , son travail a été relativement important , même si malheureusement son jeu n’est absolument pas mis en perspective sur l’album à part sur le morceau « Now that we’re dead » ectoplasme plutôt FM dans sa conception, très 80′ rappelant « Escape » titre remplissage de « Ride the Lightning » à l’époque..

Le jeu de Lars est relativement basique sur cet album , et nous ne savons pas si l’intéressé travaille réellement encore son jeu .Le live devrait nous le confirmer .Quand à James , sa virtuosité rythmique constitue le cœur de ce nouvel album qui constitue la meilleure réalisation du groupe depuis le Black Album.

Une promotion réussie

Présence sur les télés d’Europe (Émission spéciale sur Canal Plus notamment) , clip pour chaque morceau , vidéos , et concerts du groupe chez les disquaires du monde entier , la promotion de ce nouvel album ne laisse visiblement rien au hasard .Les clips sont d’excellentes facture « Murder One », « Halo on Fire », « Hardwired to self Destruct » notamment..

En conclusion

Un très bon album, sans doute le meilleur depuis le Black Album, qui nous fait oublier l’épisode Lou Reed, ou encore St Anger , et nous montre que le groupe en a encore sous le pied ! Hâte de les voir à Paris en 2017 !!

 

 

 

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Dark Tranquillity « Atoma »

Il aura fallu trois ans à Dark Tranquillity pour donner une suite à « Construct » . Le groupe de Göteborg arrive avec une nouvelle livraison pleine de promesses : un death métal mélodique avec des changements majeurs en termes d’arrangements , mais également côté chant où growls et chants clairs se complètent au sein d’un ensemble cohérent, puissant , très bien produit.

Sur le fond, côté chant , Mikael STANNE  nous prouve qu’il est capable d’alterner chant clair , râles et growls notamment sur le titre « Atoma », qui alterne rage et moments suscitant une grande émotion fournie par le chant clair de Mikael .Même si « Encircled », ou encore « Forward Momentum » nous renvoie aux origines de DT , « Neutrality » , retiendra votre attention par l’émotion que ce morceau suscite , et vous fera surtout découvrir le jeu du nouveau bassiste de DT, Anders IWERS , musicien tellement attendu , et qui à l’écoute a parfaitement pris ses marques au sein du groupe . Ce morceau constitue la pépite de ce nouvel album. Le break et le solo qui suit apportent une telle émotion dont on ne se lasse pas.

Même si « Force of Hand », et Faithless by default » restent relativement classiques, « The Pitiless » apporte une bonne note de fraicheur , pour un morceau taillé pour le live .

Vous n’aurez pas de mal à entrer dans ce nouvel opus , mais il sera difficile pour vous d’y sortir tant l’ensemble vous attirera vers les abysses .

C’est excellent ! Très bien produit, la basse est très bien mise en avant, même si la rythmique reste en retrait. Le travail derrière les fûts reste classique, et les arrangements claviers apportent équilibre et structure aux compos

Vraiment hâte de les voir en live.

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Devin Townsend « Transcendance »

transcendance-dtpL’album « Sky Blue » nous avait montré l’essoufflement du Devin Townsend Project , tant par le manque d’originalité des compos , voire l’inaccessibilité de certaines émanations musicales du canadien fou. Ce projet « Transcendance » a bien failli d’ailleurs ne jamais voir le jour tant la névrose chronique du Maître , sa volonté de tout maitriser remettaient l’existence même du DTP en cause .Finalement la mise sous respirateur artificiel (le travail collectif et la délégation…)  du projet ont permis cette livraison « transcendentale ».Mieux , le DTP  reprend même des couleurs et le malade est presque prêt à se lever .Au plan musical cela se traduit par la présence de morceaux prometteurs, des reprises voire des remakes assez inattendus.

On retrouve en effet dans Transcendence toute la marque de fabrique du DTP (couches de voix,voire des éléments lyriques) ainsi que de très bonnes d’orchestrations (« Stormbending » notamment). Le producteur Adam « Nolly » Getgood  en est à l’origine même si notre génie canadien a visiblement gardé le premier rôle tant la « patte » de Devin Townsend est prégnante . Côté chant Anneke Van Giersbergen, Che Aimee Dorval et Katrina Natale refont discrètement leur retour.Ce nouvel opus commence par un remake de  « Truth »( Infinity (1998)). La reprise est plus posée , moins saturée .

« Higher », « Offer Your Light » ou « From The Heart » nous montrent que notre musicien a retrouvé de la sérénité , et une attitude positive.

« Faillure » et sa rythmique lourde nous hypnotise .Mention spéciale pour  « Offer Your Light », morceau composé presque uniquement d’un refrain assez entrainant , qui nous laisse pantois .

Devin Townsend reste véritablement un musicien à part ..imprévisible.

Bref , ce nouvel opus est un bon cru , et je dois dire que je suis ressorti apaisé de cet album .

 

 

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Sodom « Decision Day »

29892Avec la thématique de la guerre en particulier celle de 39-45 comme fil conducteur, Sodom nous arrive avec une quinzième livraison (déjà) .Le combo dont seul Tom Angelripper est toujours présent par rapport au line up originel ,met rapidement les choses au point, et le trash old school est à l’honneur de ce nouvel opus même si l’ensemble sent Motörhead à plein nez (« Caligula » notamment, ainsi que l’artwork de l’album) . Cette nouvelle cargaison de haine commence avec « In retribution » très efficace qui nous rappelle Kreator avec « Coma of souls ». »Decision Day » , « Born Evil » ou encore « Strange lost work » font la part belle aux riffs old school souvent proche du death , alternant growls et ambiances sombres. »Sacred Warpath » donne la part belle au death (Entombed notamment) , et ce morceau est malsain à souhait..La torture se termine avec « Refused to die »et son exorcisme en guise d’introduction.Bref Sodom demeure toujours Sodom et le groupe montre qu’on peut demeurer très créatif , même après 35 ans de carrière.Le groupe a su utiliser ses influences et l’environnement d’un métal plus extrême pour rester au top . Et nous on aime !!!

On notera que le combo allemand participe au Big 4 allemand qui comprend Kreator bien entendu mais également Destruction et Tankard.Si vous les croisez sur votre chemin , prenez en une bonne dose !!!

 

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Delain « Moonbathers »

moonLes néerlandais de  DELAIN arrivent avec un cinquième album intitulé « Moonbathers » plein de promesses.Sucré, délicieusement heavy , et plein de surprises .Voilà comment nous pourrions décrire cette nouvelle livraison.Sur le fond ce nouvel opus commence avec « Hands of Golds » très métal , qui se trouve rehaussé par la présence de Alyssa White-Gluz (Arch Enemy). Vient ensuite « The Glory and the Scum ».C’est un des morceaux phares de cet album .Après une intro assez « maidenienne » , nous retrouvons les ingrédients incontournables de tout album de métal symphonique , à savoir production soignée, orchestrations abouties et vocaux maitrisés.Le morceau est excellent .

« Chrysalis-The Last Breath », fait la part belle à Charlotte WESSELS qui avec sa voix et accompagnée d’orchestrations  magistrales , vous inviteront au voyage . »Fire With Fire » nous ramène au côté plus métal du groupe , les riffs accrocheurs nous invitant à bouger.

« Dance Macabre » est une excellente surprise .Ce morceau a du être composé dans l’obscurité et la fumée tant il nous rappelle Paradise Lost .

Je retiendrai « Scandal » reprise de Queen parfaitement interprétée qui clôture un album à la fois surprenant, parfaitement produit. Delain franchit avec cette nouvelle production un palier supplémentaire .

 

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Nouvel album pour Metallica prévu le 18 Novembre 2016

hardwired-metallica« Nous serons à court d’excuses  » . C’est de cette manière que Lars Ulrich a annoncé avec les autres membres de Metallica la sortie du successeur de « Death Magnetic », sorti en 2008 . L’attente a été longue , mais le groupe n’a cessé pendant ces dernières années de livrer de nombreux projets, et matériaux : « Liberté , Egalité, Fraternité  » enregistré au bataclan, « The lords of Summer » , nouveau titre joué au Metallica by Request, mais également le film « Through the Never » entre autres  .Ces matériaux nous ont permis de patienter longtemps.Mais ce nouvel album est presque prêt et la bande de Frisco a récemment mis en ligne le premier titre éponyme de ce nouvel opus qui sera intitulé « Hardwired…to Self-Destruct » .Production soignée, batterie enfin accordée (surtout la caisse claire..) , et guitares hurlantes sont en rendez-vous sur ce morceau qui nous rappelle « Battery » notamment..

«Nous savons que ça a mis du temps mais nous sommes fiers de présenter Hardwired… To Self-Destruct», annonçait ces derniers jours dans le Figaro le groupe. Il s’agit du onzième album du quatuor formé par le chanteur James Hetfield, le batteur Lars Ulrich, le guitariste Kirk Hammett et le bassiste Robert Trujillo .

Ce nouvel album comportera deux CDs  dans sa version normale et 3 CDs en version platinium .

Allez…encore un peu patience !!

 

 

Liens utiles :

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Unfear « Crossing Lines »

unfear1L’Argentine peut être également une contrée productrice de riffs à outrance , de solos de guitare effrénés, bref de dark metal plutôt atmosphérique. La preuve Unfear nous arrive tout droit d’argentine avec une galette death plutôt mélodique plutôt  prometteuse , même si on doit dire la production n’est pas très soignée . Néanmoins le magma sonore proposé est tout à fait intéressant : « This sacrifice » alternant chant black , et refrains sur chant clair , soutenus par une section rythmique plutôt affutée , nous assène les premiers coups .Bémol , les parties de batterie sont très mal produites , enlevant tout relief à cet opus. »Warrior » quand à lui nous rappelle que le speed s’exporte très bien dans cette lointaine contrée qu’est l’argentine. »Time of Destruction, plus lent, doté d’un break dévastateur finit par nous donner le coup de grâce. Les morceaux de cet album ont pour nombre d’entre eux la même ossature , alternant chants death et refrains sur chants clairs, et l’ensemble manque d’originalité. Les parties rythmiques sont cependant parfaitement maitrisées .Dommage que ce groupe prometteur n’est pas bénéficié pour cet album d’une production soignée.Intéressant !!

Publié par Bishop dans Chroniques, 0 commentaire

Gojira en concert Privé – Merci Arte

gojira-magma500-1-150x150C’est Arte qui a eu la judicieuse idée de filmer ce concert privé de Gojira , qui avait pour but de présenter « Magma » , leur nouvel album.

La chaine , dans son wording rappelle , la capacité de groupe à s’exporter (pas comme cette variété française qui essaie depuis des années avec les échecs que l’on connait) .Un concert bien filmé et une très bonne qualité d’image . Merci Arte !!

Liens utiles :

 

Publié par Bishop dans Concert, 0 commentaire
Charger la suite